L’envoyé français nomme une condition pour le nouveau sommet de Normandie


Une tâche importante aujourd’hui est de mettre en œuvre les conclusions qui ont été adoptées lors du sommet de décembre à Paris.

L’ambassadeur de France en Ukraine, Etienne de Poncins, a posé la condition d’un nouveau sommet en format « Normandie 4 », qui comprend les dirigeants de l’Ukraine, de la France, de l’Allemagne et de la Russie.

La nécessité de mener à bien un sommet efficient

« Notre objectif n’est pas de tenir un sommet pour le plaisir de le tenir. Selon nous, une tâche importante aujourd’hui est de mettre en œuvre les conclusions qui ont été adoptées lors du sommet de Normandie à Paris en décembre. Nous ne pouvons envisager d’organiser la prochaine réunion sous cette forme qu’à cette condition », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse le 13 juillet. Le diplomate a déclaré que la France soulignait constamment la nécessité d’utiliser les formats de négociation actuellement en vigueur, en particulier le format de Normandie et le processus de Minsk, pour trouver des moyens de résoudre pacifiquement la crise actuelle dans l’est de l’Ukraine.

Comme cela a déjà été signalé, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, son homologue russe Vladimir Poutine, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel se sont rencontrés à Paris le 9 décembre 2019 pour discuter des moyens de mettre fin à la guerre dans le Donbas. En particulier, ils ont réaffirmé leur engagement en faveur d’un régime de cessez-le-feu complet et global d’ici la fin de 2019 et ont soutenu l’accord conclu au sein du groupe de contact trilatéral à Minsk sur le désengagement des troupes et des armes sur trois nouveaux sites dans l’est de l’Ukraine d’ici la fin mars 2020. Ils ont encouragé le groupe de contact trilatéral à promouvoir la libération et l’échange des personnes détenues liées au conflit d’ici la fin de l’année sur une base « tous pour tous », en commençant par « tous identifiés pour tous identifiés ».

Une volonté unifiée au tour du même objectif

Les parties ont exprimé leur intérêt pour la conclusion d’accords dans le cadre du format normand et du Groupe de contact trilatéral sur tous les aspects juridiques de la loi sur l’ordre spécial d’autonomie locale (sur le statut spécial) de certains districts des régions de Donetsk et de Louhansk, comme spécifié dans le Ensemble complet de mesures pour la mise en œuvre des accords de Minsk de 2015, pour assurer la continuité de son fonctionnement. Ils estiment également nécessaire d’intégrer la « formule Steinmeier » dans le droit ukrainien selon la version convenue par les quatre dirigeants de Normandie et le groupe de contact trilatéral. Le vice-premier ministre chargé de la réintégration des territoires temporairement occupés Oleksiy Reznikov a déclaré le 6 juillet que les quatre dirigeants de Normandie pourraient se rencontrer à Berlin en août.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *